CABARET POETIQUE


dimanche 22 septembre 2019


17h00
• Tous les mois ou presque, le Cabaret Poétique invite poéteux et poéteuses à se rassembler, tendre l'oreille et partager les couleurs que leurs mots invitent en sonorité. Rendez-vous de la fin de semaine, le Cabaret Poétique invoque ce qui est plus grand que nous, une beauté à emporter, à révéler.
 
 
Pour cette session :
 
JINDRA KRATOCHVIL
pour son recueil "Toutes mes pensées ne sont pas des flèches"

Jindra Kratochvil naît physiquement en 1979, dans une petite ville tchécoslovaque entourée de forêts et d'injonctions structurelles contradictoires. Comme tous les enfants de son temps, on le forme très tôt à dessiner des usines, à se servir d'un masque à gaz et à réciter des poésies exaltant la beauté de la vie ordinaire. En 1989, alors qu'il apprend à nager la tête sous l'eau, la définition ambiante du meilleur des mondes se voit modifiée par une révolution. Peu de temps après, la Belgique intervient. Une petite délégation de professeurs francophones est envoyée en mission au lycée de la petite ville méconnue. L'opération n'échoue pas complétement : dès l'hiver 1994, Jindra Kratochvil commence à découvrir la différence entre l'imparfait et le passé composé. Deux ans et trois inépuisables Bescherelles plus tard, c'est au tour de la France d'intervenir. Une petite délégation sélectionne l'élève Kratochvil puis l'expédie en tant que boursier dans un lycée véritablement français, bâti en 1893 au centre-ville de Dijon. Un lycée solide et formateur, entouré de clôtures anti-intrusion et d'injonctions contradictoires structurelles. A la sortie de l'internat trois ans plus tard, Kratochvil découvre un monde extérieur encore autrement étrange. Étrange, mais pas inintéressant, se dit-il. Armé d'un scepticisme naïf et d'une sorte de curiosité, il décide de prolonger l'expérience de l'expatriation. Vingt ans plus tard, celle-ci est toujours en cours. Après quelques déménagements et une multitude de jobs, de missions et de quasi-métiers, Jindra Kratochvil s'installe durablement dans le labyrinthe lyonnais, et trouve dans sa langue étrangère un lieu d'accueil presque inespéré.
 
ISABELLE BONAT-LUCIANI

Isabelle Bonat-Luciani est née en 1974, vit et respire à Montpellier, tente de voler aux riches pour donner aux pauvres, ne craint pas la kryptonite, est plutôt punk et parfois poète. Elle envoie des cartes postales aux écrivains, morts ou pas encore nés, se sert de facebook comme d’un laboratoire, elle tient un blog « l’un dans l’autre » (http://isabonat-luciani.blogspot.fr). 

Après plusieurs publications en revue (Métèque, Remue.net, Ce qui reste, Autour des Auteurs, Terre à Ciel, People are Strange, Ce qui reste, La Piscine, Microbe, Marlène Tissot & Compagnie, Le Festival Permanent des Mots…), Elle a publié son premier recueil Quand bien même aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune en 2016. "Et aussi les arbres" est son deuxième recueil.
 
 
JUDITH WIART
Née en 1970 au Havre. Aime donc le beurre salé, les huîtres normandes et Little Bob Story. Vit à présent à Lyon. Se sustente donc de grattons et rosettes en écoutant Rachid Taha et Anne Sylvestre.
Possède deux permis bateau mais pas de permis voiture.
Donne des cours de français à des élèves un peu cannibales mais pas méchants. Écrit pour des revues et donne régulièrement à manger à son blog d’écriture(s) La Mare Rouge.
Coopère à la revue littéraire N.A.W.A
 
 
 
BENOIT JEANTET
Benoit Jeantet est né un 15 novembre 1970.
Ce jour-là il pleuvait et la terre était lourde. Aujourd’hui,  les choses sont un peu différentes. À l’écart de Paris où il mène une vie dans l’ombre, le ciel est plus clément. Le bitume abrite même tout un tas de rêves que presque plus personne n’ose piétiner. Scénariste et écrivain, il a récemment publié Nos guerres indiennes chez Publie.net.

(Nous ne prenons pas de réservation pour les soirées gratuites ou à prix libre)

Prochains concerts

Derniers concerts