Mercuriale + L'Etrangleuse


samedi 24 février 2018


21h00
ouverture du bar 18h00
ouverture de la billetterie 20h30

C’est en partie dans son nom que réside l’intention de MERCURIALE. Symbolique et thématique, MERCURIALE est un alliage, celui des temps ancestraux et contemporains, un projet autant influencé par la puissance et l’efficacité des mélodies de la scène pop anglo-saxonne, que par la réflexion sur la texture et le rythme des musiques électroniques.

MERCURIALE prend racine dans des mélodies simples. Les textes parlent d’intime et d’universel, évoquent les archétypes empruntés aux chants traditionnels et aux mythes. A partir d’instruments samplés, de synthétiseurs, et d’une batterie live, la production se fait sombre et dense, d’autant plus captivante qu’elle se mêle à la voix blanche de Jessica Martin Maresco.

Jessica Martin Maresco : chant
Anne Quiller : moog et nordLead
Clément Edouard : machines
Léo Dumont : batterie

Première partie: L'Etrangleuse
Le duo lyonnais réunit deux instrumentistes, et deux instruments qui pourraient surprendre à première vue. Maël Salètes, guitariste que l'on a pu voir avec l'Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp et Mélanie Virot, harpiste classique. Il ne sert pas à grand chose de tenter d'expliquer leur musique, tant elle semble venir d'ailleurs. Une sorte de folk-rock qui puise son inspiration dans les airs traditionnels d'un pays qui n'existe pas. Des airs qui viennent de loin. Du dedans. Réputée douce et cristalline, la harpe de Mélanie Virot peut se faire incisive, abrasive ou dissonante. Et la guitare de Maël Salètes prendre à l'inverse une posture moins punk, plus tournée vers la transe africaine. Avec en sus leurs voix pour accompagner les instruments, chant plus que chanson, filant des mots dans la trame des cordes, entretenant la tension, suggérant des atmosphères.

En collaboration avec Le Grolektif