BEZZIB


L’instrumentation relativement atypique de Bezzib résume leur démarche. En incorporant des instruments plutôt associés aux musiques de chambre occidentales qu’aux ensembles des Balkans, les musiciens se donnent une gageure digne d’un défi oulipien. Bezzib oppose les brocarts et les velours du basson et de la clarinette aux dentelles du violon et du violoncelle. En quelque sorte, Bezzib mélange les crapauds et les grenouilles. Leur musique n’est en rien authentique ou « ethnique» – elle emprunte une grande partie de son vocabulaire aux musiques des Balkans, mais en réarrange la syntaxe en y mêlant des règles musicales issues des musiques classiques européennes, du jazz et des musiques improvisées. Comme les musiciens de Bezzib l’affirment eux‑mêmes, leur volonté est donc d’écrire « un nouveau patrimoine musical fantasmé ».

En résidence au Périscope le 02 & 04 Avril

Marceau Beyer (violoncelle) /Nicolas Mary (basson)
Manon Morell (violon) / Nicolas Canavaggia (contrebasse) Léo Delay (batterie) / Quentin Degeorges (clarinette)