Le Migou / Alice Miller et Scarpa / So-Lo-Lo


jeudi 09 avril 2015


20h30

Le Migou

Le Migou -souvenez-vous- c'est le Yeti dans Tintin, un animal mythique très caractéristique du folklore imaginaire de Hergé. C'est dans cet esprit que le Migou se propose d'aborder le blues et la musique traditionnelle américaine en général.

Réunissant deux cordes acoustiques, deux cordes électriques et deux soufflants, ce sextuor hétérodoxe produit une sorte de « blues de chambre », un blues atypique influencé par la musique 'moderne' qu'inventaient, il y a un siècle, Satie, Bartok, Debussy et Ravel mais surtout une musique picturale qui dessine un road-movie imaginaire à travers le Deep South américain.

 Membres :

Thibaut Fontana : saxophone ténor / Emmanuelle Legros : trompette / Quentin Andréoulis : violon / Aëla Gourvennec : violoncelle / Nicolas Frache : guitare / Pierre Gibbe : basse



LE MIGOU *Lauréat Jeune Public Emergence JAZZ(s... par OPOSSUMproductions

Alice Miller feat Manu Scarpa

Alice Miller , ce sont deux musiciens aux confins du jazz actuel, de la musique électronique, du rock et de la pop minimaliste. Un saxophone ténor, des claviers, des effets, une boîte à rythme: une énergie rock, des écritures pop, un son libre, une musique forte et personnelle : Alice Miller n’a pas emprunté son nom à la grande psychanalyste controversée pour rien…

Depuis 2014, le groupe a le plaisir d’inviter sur scène Emmanuel Scarpa, batteur exceptionnel que l’on a pu entendre avec Marc Ducret, Radiation 10, Ellery Eskelin, Marteau Matraque...

Membres :

Christophe Imbs: Synthétiseur, Fender Rhodes, Compositions / David Florsch: Sax Ténor, Effets / Manu Scarpa: Batterie

So-Lo-Lo

Une guitare. 12 cordes. Des aiguilles à tricoter. Thibault Florent détourne son instrument pour mieux tromper nos oreilles, et nous ouvre les portes de son univers musical. Naïf. Pulsé. Sensible. Une esthétique hors du commun pour un appel à la transe. 

 

Le Festival Collision Collective est organisé par le Grolektif.

Le Grolektif en bref

En 2004, une quinzaine de jeunes musiciens décident de se fédérer pour promouvoir leurs créations et organiser leur diffusion autour d'un modèle original, le collectif artistique. Voyant les choses en grand, le collectif prend le nom « le Grolektif ». Après avoir organisé durant trois saisons un café-concert itinérant, l'association Grolektif Productions devient la structure productrice des concerts et tournées des groupes constitués par les musiciens du collectif.